Recherche personnalisée

Sunday, June 29, 2008

Valse avec Bachir : Catharsis par le cinéma

Affiche en anglais du film (Source : Wikipedia)

Affiche française du film (Source : Allocine.fr)

Quand des anciens démons remontent en surface alors qu'on essayait de les oublier, il n'y a pas de mieux de les redécouvrir et connaitre les raisons. C'est une façon de faire face et même un moyen de s'en débarrasser, de faire une purge sur soi-même, en partie ou en totalité. En bref : le catharsis.

J'ignore si le début est une bêtise. En fait je voudrai parler de "Valse avec Bachir", un film-documentaire animé qui a attiré mon attention récemment par son thème et surtout la technique de sa réalisation. Il m'a rappelé "Hidden/Gömd" un documentaire suédois de 8 minutes sous format de dessins animés en 3D. En fait, c'était un entretien réel avec un enfant péruvien qui vit clandestinement en Suède après avoir rejoint sa famille. J'ai l'occasion de le voir lors de l'atelier en Egypte et ce court continue toujours à m'intriguer.







Le documentaire animé est en fait un film autobiographique du réalisateur israélien Ari Folman. Cela commence par une rencontre avec un ancien collègue dans l'armée dans un bar. Ce dernier lui raconte sur ses cauchemars répétitives, conséquence de la guerre du Liban lors de l'invasion du Tsahal en 1982. Le réalisateur se rend compte qu'il ne se rappelait plus de cette période où il a été envoyé à ce front alors qu'il était conscrit et âgé de 20 ans. La nuit même, une vision lui revient : La nuit qui a coïncidé le massacre les camps palestiniens de Sabra et Chatila, il se bagnait avec des camarades dans la plage de Beyrouth alors que le ciel est éclairé par des projectiles. Dans le but de connaître ce qui s'est passé vraiment et son rôle, il est parti voir ses anciens camarades pour faire des interviews. Au début, il a filmé ces entretiens en video et les a monté pour obtenir un documentaire de 90 minutes. Ensuite, l'équipe a découpé les scènes en story-board qui a atteint environ 2000 dessins et utilise la 2D, l'animation flash et la 3D.

Ce documentaire est une coproduction Israélo-germano-française et a été présenté en avant-première à Cannes avant la sortie française au 25 juin. J'ignore si ce film pourrait un jour être projeté au Maroc. Ce que j'ai apprécié jusqu'à présent, outre l'utilisation du dessin animé comme moyen pour réaliser le documentaire, la narration du protagoniste concernant les évènements mélangeant le sérieux et l'humour noir accompagné, sans parler des chansons utilisées : entre le classique et le punk rock.

Voici un entretien réalisé par France 24 avec le réalisateur Ari Folman et un reportage d'Al Jazeera English sur le film en marge du festival de Cannes.


2 comments:

Larbi said...

Il s’agit ; je crois, du premier documentaire animé. j’ai pas encore vu le film mais j’irais le voir. Mais j’ai des réserves quand à ce genre de documentaire surtout traitant de l’histoire. Le propre de ces documentaires c’est de restituer les évènements et raconter l’Histoire en s’appyant sur des images d’archives et des témoignages des gens qui ont vécu les évènements. Je crains que la version animée de l’histoire de laisse aller par les élans créatifs du réalisateur au détriment de la réalité historique.

EL GORDE Mohamed Mouâd said...

L'usage du dessin animé en partie ou en totalité en tant que documentaire est récent. Il y a le court métrage "Gömid/Hidden", "Une vérité qui dérange" et j'ai vu un documentaire diffusé sur Arte (Quand nous étions des kamikazes) sur les kamikazes japonais où on a utilisé des dessins animés format flash qui ressemblent à des estampes japonaises.

"Valse avec Bachir" est juste un témoignange et vous allez remarquer certaines scènes fantaisistes qui pourraient être dans l'inconscient du protagoniste.

En tout cas, j'attends avec impatience votre critique du film dans votre blog.