Recherche personnalisée

Monday, July 28, 2014

Hidden & other works of Hanna Heilborn & David Aronowitsch

Source: http://www.story.se/files/44/StillHidden1.jpg

During short film workshop I attended in Cairo in 2007, there were many projections of short documentaries. Among them, Hidden/Gömd. This one directed by Swedish Hanna Heilborn and David Aronowitsch. It's the story of a Peruvian boy who was obliged to live hidden in Sweden after joining his family and the consequences on his daily life. What is peculiar in this short is the mix of audio interview and animation.

This film is a part of a trilogy by the same duo: "Sharaf", the story of a Moroccan teenager who crossed to Canarias and "Slavar/Slaves" which is the tail of a young Sud Sudanese boy abducted to the north where he was exploited.

Sunday, June 29, 2014

Ramadan 1435...

Ramadan vient, Ramadan passe, Ramadan s'en va et Ramadan est attendu.

Pour certains, une période de remise en question et de révision spirituelle au delà de l'abstinence des aliments, du sexe et, oublié par beaucoup, des mauvaises actions et des injures. Pour d'autres, c'est juste une convention sociale qu'il faut supporter durant tout le mois pour revenir aux vieilles habitudes. A moins qu'on aie assez de chutzpah pour clamer le statut de déjeuneur ou d'oseille pour partir ailleurs et être libre de ses choix. Chacun sa conscience que je la respecterai.

J'avais des idées pour ce Ramadan sur mon blog. J'espère que je réussirai compte tenu des imprévus.

En tout cas, passez un joyeux Ramadan, jeûneurs ou pas !

Saturday, June 21, 2014

Madagascar : A journey diary

One of the best short animation I've ever saw. It's under the shape of a diary of Bastien Dubois, a young Frenchman who was visiting Madagascar. Its invitation to see the strange burial ceremoniy in countryside is a pretext to discover the nature, fauna and people of this unique island.

A must watch!

Sunday, June 01, 2014

Etat de flottement

Vivre dans un état flottement est tellement normal et anormal. Ça te dit de vivre sans se soucier et de se soucier des prochaines choses à faire que tu laisses traîner pour plus tard, plus tard. La proscarnisation. Un gros problème pour une personne comme moi.

Boulot, cours du soir, vie sentimentale aride... Je ne sais plus ce que je suis en train de faire.

Je voudrais dire un jour STOP, quitter tout et partir en vadrouille tant qu'on peut. Quand on aurait pu.

Je ne sais plus ce que je veux. Il fut un temps où tu avais les projets mais pas de moyens. Tu te retrouves avec des moyens mais les idées ont périmé ou ont quitté l'esprit pour ne voir qu'un désert aride dans l'esprit.

Je t'assure : rien bu ni mangé de bizarre. Si tu me dis une conquête féminine ou une aventure d'une nuit pour vider mon énergie, même pas la peine avec moi. Je ne suis pas intéressé.

Laisse-moi tranquille. Je n'ai pas trouvé de lieu où je pourrais pleurer sans me sentir gêné. Marre, ras le bol de tout. Frustré, fatigué.

Je n'en peux plus !

Au revoir ou adieu. 

Thursday, January 02, 2014

2014

Il est 2014. Il fallait réveiller le blog après un long hiatus.

2013 était particulier. Aller à Paris et surtout le festival de la BD à Angoulême fut le voyage tant rêvé. Je ne parlerai pas de la chance de questionner Leiji Matsumoto, le créateur du Captain Harlock aka Albator et d'assister à son hommage. Et des personnes que j'ai rencontrées entre connaissances et étrangers.

J'ai pu aussi voir certaines personnes que je lisait ou écouter comme la Team Matin Luxe. Voir et parler brièvement avec Chakir, Mélanie qui a quitté le navire et surtout Banon me marqueront ma mémoire, de même que Hind Taarji dans un café Politis consacré aux étrangers au Maroc fin septembre.

Les défis seront de lot cette nouvelle année. D'autant plus que les moments de doute, de tristesse et d'incapacité m'ont joué de sales tours. Cependant, Charlie Chaplin et le personnage de Truls dans la comédie norvégienne "Roi du curling" m'ont remonté le morale et même montré qu'ilaut persévérer.

Le démarrage a commencé.

Sunday, July 28, 2013

Voir le Trio Joubrane à Marrkaech

C'était un rêve qui venait de se réaliser : voir le trio Joubrane.

Géographie et date obligent, j'ai décidé de prendre l'autocar pour Marrakech pour leur dernier concert au Riad Denise Masson vendredi 26 juillet. Certains souffrent de ma longue façon de raconter. Autant en faire en points principaux.


  • Alors que je m'attendais à un voyage en groupe, ce fut ma tante, passant le Ramadan avec moi, qui m'accompagna à la dernière minute. Pour une fois qu'on cassera un peu le routine ramadanesque.
  • Les jeunes chats de la gare routière d'Agadir ne vous laisseront pas indifférents. Craquants et à défaut de nourriture, les câlins pourraient suffire.
  • Un touriste  près de moi lisait dans son E-book Kindle. Il était intrigué de voir une dame remettre l'Ipad à son mari, assis de l'autre côté avec son fils, afin de regarder dessins animés et un épisode de "L'couple". De même il regarda de haut sa voisine de devant regardant un épisode d'une série égyptienne. On devrait apprendre à utiliser les casques audio et encore. Un sacré tapage que le machiniste aurait été assez courageux pour supporter.
  • Une discussion s'enchaîna entre le jeune touriste et moi sur son E-book et les livres (Il lisait "Game of thrones" et moi "Le théorème du perroquet"). Il était australien et avec une amie voyageaient depuis 3 mois. Ils étaient au désert et prévoyaient d'aller vers Fès et Tanger avant de traverser le Détroit pour l'Espagne et le Portugal. Un jeune géant qui s'appelait Ross.
  • L'autocar s'est arrêté dans une station service à l'entrée de Marrakech. Un buffet attendait les convives qui sortaient des autocars stationnées. Ma tante et moi prîmes ce qu'il nous suffisait et prîmes place dans l'attente du moment du ftour. Plus tard, après avoir terminé, un couple de touristes canadiens m'ont demandé s'ils devaient laisser ou porter les plateaux. Plus tard, on discuta en allant vers notre autocar (On s'est trompé avec un autre similaire).
  • Bien que la gare routière CTM n'était pas loin de celle de Supratour, je me suis trompé de route et le gars de sécurité nous a montré le chemin obscur menant à la gare recherchée. Vu le risque de retard, on laissa  la question retour après le concert. Taxi !
  • Leçon apprise après une course poursuite et deux taxis : ne jamais se contenter du nom d'une petite ruelle, surtout quand Derb Zemrane se trouve dans 3 quartiers à Marrakech ! Un jeune a même pris la peine de nous aider à retrouver sans succès le fameux Riad Denise Masson. Au cybercafé, on apprit qu'il fallait aller à Dar El Bacha et non la mosquée Berima. Vite un autre taxi !
  • Après la galère digne du jeu de labyrinthe, nous arrivâmes à Dar El Bacha. Grâce aux indications des policiers et la vue des gens dans leur 31 donc susceptibles d'aller au concert, nous fîmes le sprint de la dernière ligne en marche. Une petite porte avec en haut "Derb Zemrane". Suivant un couple, nous arrivâmes enfin au riad dont l'entrée fut gardée par des agents de la sécurité. Resta les places où une spectatrice asiatique nous indiqua deux places libres au milieu des spectateurs assis. Gagné.
  • Je me doutais qu'il y avait un public marocain pour le trio Joubrane. J'ignorais que le concert serait plein à craquer des gens. Plutôt bon signe.
  • Un concert féerique où on avait l'impression que les 3 frères se communiquaient en complicité par le biais de leurs ouds, sans oublier le percussionniste à multiple instruments. La nuit étoilée, les palmiers et la brise ont rajouté à l'ambiance de la musique. Je ne dirait pas la complicité d'un des membres avec le public. Des instants de communion. Les pauvres devraient après le concert prendre l'avion de 4 heures du matin pour un concert en France. Dur dur.
  • Après le résumé, taxi vers Jamaa Lefna où nous marchâmes entre une foule dense des gens de tout genre toute couleur. Dans un restaurant où ma famille allait habituellement, j'ai commandé des sandwichs pour diner-s'hour. Après, taxi pour la CTM et retour à Agadir. Dommage que le temps nous manqua pour rester plus dans la nuit animée de Jamaa Lefna.
J'essaierai de mettre quelques photos du concert dès que possible. 

Sunday, July 14, 2013

My dark side of the moon


My dark side of the moon, originally uploaded by medmouad.

My dark side of the moon

Saturday, July 13, 2013

Sunset


Sunset, originally uploaded by medmouad.

Friday, July 12, 2013

Courtes pensées ramadanesques...

Le Ramadan est revenu comme chaque année avec ses espérances et attentes. Nous faisons des résolutions ou des décisions spirituelles ou profanes censées nous améliorer ou améliorer notre entourage. Pour la réalisation, c'est une autre paire de manche.

Pendant ce temps :
  • Nos politiciens se prennent pour des acteurs de la série "Borgen". Peut être qu'ils essaient de s'identifier à Birgitte Nyborg mais ils laissent à désirer ;
  • Les syriens passent une nouvelle année dans la peur d'être liquidés et humiliés par les protagonistes au point de faire regretter amèrement ceux qui voulaient voir les vestiges et la culture de ce pays. Ce ne sera plus comme avant ;
  • Les égyptiens qui ne savent plus sur quel pas danser. A se demander si bientôt on aura droit à une version égyptienne de la guerre civile finlandaise à la fin de la 1ère guerre mondiale (Essayez de regarder le film finlandais "Käsky" pour admirer l'horreur. De préférence tard le soir et après le Ramadan) ;
  • Nos chaînes locales qui se dopent carburent de la pub chaque 5 minutes durant ce Ramadan. Personnellement, j'ai opté pour regarder ARTE malgré le choc possible de certaines images par rapport à la pudeur, Ramadan ou pas. Heureusement qu'El Fed nous fait encore rire. Dieu merci.
Je me suis fait des résolutions comme délaisser les réseaux sociaux qui bouffe toute mon énergie mentale et intellectuelle. Si j'étais marié, peut être que j'aurai pu dire à ma douce moitié de refuser l'acte charnelle jusqu'à ce que j'arrête ma relation maladive avec le réseau et le smartphone. D'ailleurs, l'affaire du Prism m'a poussé à réfléchir sur les données privées que j'ai laissé traîner. J'ignore les conséquences mais cela me rappelle une fois où je suis tombé sur une connaissance en train de déchirer les photos d'une virée avec un ami et deux jeunes demoiselles quelques jours avant son mariage. Comme si cette hypocrisie lui redonnera une nouvelle virginité hypocrite. Une des raisons pourquoi je crie au meurtre et la destruction du mariage marocain pseudo-moderne et reconstruire un nouveau mode plus éthique, simple et beau sans aucune hypocrisie sociale façon "Les bûchers de la vanité".

Cela fait un bout que j'ai commencé ce texte et je devrais bosser dans les heures qui suivent. Déjà qu'écrire ces mots sur mon blog après plusieurs mois d'hivernation est plutôt un catharsis. Ceci malgré la défaillance de ma clé 3G Méditel que je devrais voir dès que possible au point d'utiliser le faible débit offert par mon smartphone. Pour une fois, il sert à quelques choses de sérieux, entre autres. Les gens sont tellement préoccupés par le Wi Fi qui passe chez les voisins ou autres pic-assiettes dont je fais partie des fois. Mais je comprends.

Bonne journée.

Saturday, April 13, 2013

Blind (Japon/Japan)



In a post-nuclear Tokyo, the strange meeting between a future father and a little girl in metro.
A Tokyo post-nucléaire, l'étrange rencontre entre un futur père et une petite fille au métro.