Recherche personnalisée

Thursday, October 15, 2009

Les marocains & le changement climatique: la voiture comme exemple... (Blog Action Day)



Billet publié dans le cadre du "Blog Action Day" consacré cette année aux changements climatiques.

Durant les 15 dernières années, les marocains (Comprenez les hommes & les femmes) ont commencé petit à petit à adopter les attitudes de la société de consommation, notamment les citadins. Aller aux hypermarchés & autres supermarchés est devenu aussi banal qu'aller au hammam public, les produits électroniques (Téléviseurs à tube cathodique ou LCD, téléphones portables, récepteurs satellites, lecteurs DVD, etc.) & électroménagers (Réfrigérateurs, fours à gaz ou électriques, machines à laver, etc.) se sont démocratisés (Merci au programme d'électrification rurale & le crédit à la consommation) & de plus en plus achètent des voitures plus par obligation que par apparence sociale (Merci encore au crédit & aux prix élevés de l'immobilier qui éloignent de plus en plus de gens du centre de la ville vers la périphérie). Il est inutile de mentionner que les marocains, notamment jeunes, suivent tout ce qui se passent à l'étranger grâce au satellite & à Internet & essaient de s'intégrer tant bien que mal aux tendances, d'où un impact sur leur mode de consommation.

D'accord, où est la relation entre ce que j'ai dit & les changements que connait le climat dans le monde ? En fait, quand il m'arrive de poser des questions sur l'environnement aux gens que je les vois, des fois je me demande si c'est moi ou eux qui vivent dans la planète Krypton. Je prends l'exemple qui me semble le plus simple pour la simple raison que j'y pense beaucoup ces derniers temps : la voiture.


Durant les dernières années, plusieurs facteurs ont permis (ou obligé plutôt) aux marocains d'opter pour la voiture :

  • Système de transport public en piteux état dans les grandes villes avec des bus en mauvais état mécanique, de la gestion catastrophique des régies publiques & du privé, des retards et l'indiscipline des usagers & des salariés des compagnies de transport. D'ailleurs je me demande sur les raisons de la disparition des tramways à Casablanca depuis les années 60 jusqu'à récemment où le réseau est dans ses premières phases de construction. En bref, voiture=libre des tracas des bus & de l'arrogance des chauffeurs (Chauffards pour certains d'entre eux) de taxis surtout les jours de pluie ;
  • L'achat des voitures a été facilité par la valorisation des salaires (Certes, encore insuffisant), le crédit à la consommation qui devient de plus en plus un réflexe chez les salariés & la chute des prix de véhicules neufs grâce au montage local (Fiat Uno & Siena durant la 2ème moitié des années 90 & actuellement Dacia Logan & ses variantes) & la baisse des droits de douane pour les voitures venant de l'Union Européenne, sans parler du low cost venant de la Chine & l'Inde ;
  • L'éloignement des lieux de travail des habitations obligent les travailleurs que leurs employeurs ne mettent pas à leur disposition le transport du personnel à se débrouiller comme ils peuvent. Il arrive même que pour être recruté (Le cas des commerciaux surtout), non seulement il faut avoir un permis mais aussi une voiture personnelle. Alors, pas de choix ;
  • Avoir une voiture revient à proclamer sa réussite sociale. C'est le cas du jeune récemment recruté avec sa première voiture qui est d'occasion, de la jeune cadre avec sa petite voiture coréenne ou du grand patron avec sa grosse cylindrée allemande.
Cependant, une chose devient inquiétante. La hausse vertigineuse des véhicules entraine inévitablement un problème de circulation (Ceux qui ont conçu les routes ne se sont pas aperçu que les voitures ne seront plus un luxe dans un futur proche) & la pollution dans les artères urbaines. Les voitures d'occasion, âgées & pour certaines en mauvais état, consomment & rejettent beaucoup de gaz à effet de serre. Les voitures récentes importées ou montées localement ne sont en reste avec leur nombre en constante évolution & surtout le respect des normes environnementales. Car si les conditions sont draconiennes en Europe qui est notre voisin, les choses sont un peu plus laxistes au Maroc. En plus, les points qu'un acheteur de voiture potentiel va demander sont le prix, la motorisation, les options & pour certains la consommation. Taux de rejet de CO2 ou la chance de bénéficier d'un bonus pour une voiture peu polluante ? Soit vous êtes récemment revenu de l'étranger soit vous vivez dans la planète Krypton (Une fois de plus). Quand je parle des voitures hybrides (L'exemple de la Toyota Prius qui a dépassé 1 million d'exemplaires) ou même des futurs voitures électriques qui seront commercialisées sous d'autres cieux prochainement, je reçois des sourires & parfois même des railleries. Messieurs surtout préfèrent les grosses Mercedes, BMW ou Audi ou bien les 4x4 rutilantes genre Hummer ou Toyota Prado (Bentley ou Ferrari, il va falloir être comme Rothschild), question de préstige & de virilité obligent. J'ai oublié de mentionner les jeunes qui adorent ces courses que la série de film "Fast & Furious" montrent comme le drifting & autres acrobaties & surtout se sont intéressés au tuning avec des programmes dédiés comme "Pimp my ride" sur le réseau MTV. Oh, bien sûr, les chauffeurs des grands taxis vous diront que leurs chères Mercedes-Benz tiennent toujours la route, même si certaines d'entre elles sont en état d'épaves & réservées aux locaux. On veut le plus beau & le plus puissant. & le plus propre ? C'est le cadet des soucis. Surtout quand un pays qui ne produit pas de pétrole (Plutôt à très petite quantité, on y cherche encore) & dépend des importations du brut, je me demande s'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la tête des marocains.

Il ne faut se voiler la face : Il y a problème. Les voitures utlilisant le GPL n'existent pas & on ne veut pas de cela au Maroc. Il est même interdit par la loi marocaine d'utiliser le gaz comme combustible pour les voitures, chose transgressées dans certaines localités où des taxis & autres chauffeurs à la sauvettes utilisent des bouteilles de gaz (Initialement destinées à la consommation des maisons & donc subventionnées par l'Etat). Également, il n'existe aucun encouragement pour inciter les gens à acheter des voitures respectueuses de l'environnement. Cependant, la plus grande difficulté est la mentalité des gens qu'il faut changer. Comment convaincre une personne qui, de son point de vue, vient tout juste d'avoir le plaisir de posséder une voiture (& autres choses en reste) après une longue "privation" ? Voulez-vous lui gâcher sa joie ? & les acteurs du secteur automobile ? On ne peut même pas trouver de voiture hybride ici au Maroc (Jusqu'à preuve du contraire) & déjà qu'une personne qui veut acheter une voiture de l'étranger (Propre ou camelote) aura affaire aux coûts prohibitifs du dédouanement (Je ne parle pas des pièces de rechange & du personnel qualifié. C'est une autre paire de manches).

Les marocains, comme tout le reste du monde, contribuent dans le réchauffement du climat dans le monde à travers leur mode de vie, le plus souvent inconsciemment & d'une façon directe ou indirecte. & si rien n'est fait, il sera trop tard pour nous. N'oublions pas que le Maroc est un pays à vocation agricole &, beaucoup d'agriculteurs sont petits, il dépend de la pluie pour vivre.

2 comments:

Anonymous said...

Dans les societes avancees ou l elite est consciente de la gravite de la menace du rechauffement planetaire et de ses consequences directes et indirectes sur leur vie et l avenir de l humanite, les gens meprisent le luxe, les grosses cylindrees , se moquent des apparences , du lprestige et essayent de contribuer positivement a la reduction des emissions do co2 dans l atmosphere en utilisant les bicyclettes comme moyen de transport dans les agglomerations. Les autorites aussi promeuvent ce moyen de transport non polluant en creant des routes cyclables adjacentes aux routes pour les voitures.
Je ne crois pas que notre elite possede un esprit assez large pour choisir la bicyclette pour se rendre au bureau .
Le vrai developpement n est pas materiel, il consiste a celui de l esprit
la bicyclette

EL GORDE Mohamed Mouâd said...

@Anonyme
Je ne sais pas comment la bicyclette s'est échappée de ma tête. Mais vous avez raison. L'exemple de Marrakech est le plus relevant bien que malheureusement les mobylettes ont pris la place des bicyclettes. En plus, quand je l'évoque pour utiliser pour mes déplacements, tout le monde se met à rire. Inutile du non respect des routes réservées aux 2 roues (http://www.sebti.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=225&Itemid=9)

A méditer.