Recherche personnalisée

Tuesday, November 25, 2008

"Pour l'amour de Dieu"

Si vous tombez sur ce poste par hasard, êtes abonnés par RSS à mon blog ou à mon Twitter, c'est bien. J'aurais dû le faire il y a longtemps mais bon...

Pour une fois, Cinestars, indéboulonable programme de cinéma sur 2M avec l'indéboulonable Leila Alami propose ce soir un téléfilm particulièrement intéressant : "Pour l'amour de Dieu" avec Smaïn qui est passé de ses one man show aux rôle du père dans ce film.

Synopsis (sur le site de 2M) :

"A Paris, un adolescent issu de l'immigration s'éprend d'une jeune musulmane de sa classe, avant de dériver dans l'islamisme. Un parcours vertigineux où la confusion des sentiments pose la question de l'intégration et de l'identité musulmane en France.


Kévin-Mohammed Ziani est un lycéen de 17 ans, issu de la troisième génération d'immigrés algériens. Il vit à Ménilmontant, à Paris avec ses parents.
Solitaire et secret, il a pour seul ami Léo, un gardien de cimetière auquel il livre de rares confidences.

L’adolescent découvre l'islam à travers le regard lumineux de Mériem, une camarade de classe, portant le voile en dehors de l'école. Fasciné par la jeune musulmane brillante et épanouie, le jeune homme est peu à peu récupéré par un groupe de fondamentalistes salafistes, qui l'entraîne dans une dangereuse dérive.

Il sombre alors dans une forme de sectarisme et coupe les liens avec ses parents. Une quête identitaire commence alors pour Kévin-Mohamed. Un parcours vertigineux où la confusion des sentiments pose la question de l'intégration et de l'identité musulmane en France."

J'ai eu de la chance de regarder avec ma famille ce film sur Arte il y a plusieurs mois et c'est surtout les dernières minutes du film qui m'ont boulversé à cause de sa fin tragique.

Ce film met à nu le problème d'assimiliation des maghrébins dans la société francçaise. La famille du jeune Mohammed/Kevin a adopté la vie à la française : la grande soeur n'hésitant pas à faire admettre son petit ami à la famille, la mère plutôt féministe et le père chauffeur de bus RATP qui, semble-t-il, dépassé par les évènements et se résignant à son sort. Dans sa quête de son identité religieuse, il s'éprendra d'une jeune camarade voilée en dehors de l'école (Réglement oblige) au point d'avoir une férvence religieuse qui, paradoxalment, le mènera auprès d'un groupe de jeunes adeptes d'une lecture extremiste de l'Islam. Des scènes comme celle de la grande ablution, le supermarché et le cybercafé en sont des exemples.

Allez, regardez le film et duscutons-en...

1 comment:

spyjones said...

J'ai adoré ce film émouvant et traitant d'un sujet d'actualité, même si la fin m'a laissé sur ma faim :)

Et pour le partisan de "l'inutilité du voile" que je suis, j'ai eu de la sympathie pour le personnage Meriem lorsqu'elle a adopté ce point de vue.