Recherche personnalisée

Monday, January 28, 2008

Hausse de prix Price rising


Source : Elopak


Sale temps pour nos pauvres poches. Rien que cette semaine, le lait produit par la Centrale Laitère, filiale d'ONA, a connu, une fois de plus, une nouvelle augmentation du prix : 6,40 Dh/litre contre 6,20. Il n'y a pas si longtemps, le litre était facturé à 6 Dh. Pour la concurrence, notamment Jaouda de la coopérative Copag de Taroudant et le "Bon Lait" de Marrakech, soit s'aligne sur le prix de Centrale Laitière ou elle laisse un prix 20 centimes moins cher dû à l'emballage, le carton étant plus cher que le plastique.

Comme un seul malheur n'arrive jamais seul, une connaissance m'a informé que le ticket de bus de Mdina Bus a connu lui aussi une hausse. Au lieu de 3,50 Dh, le ticket est devenu au tarif actuel minimum du taxi blanc soit 4 Dh. Depuis Octobre 2007, si par malheur vous n'achetez pas votre ticket par volontairement ou involontairement et que vous tombez face à face devant les contrôleurs au couleurs brun clair, prévoyez une amende de 15 Dh au lieu de 10 avant. Déjà en 2006, les utilisateurs étaient surpris de la hausse de tarif qui était de 3 Dh sans en être informés.
Inutile de parler des autres produits nécessaires, notamment l'alimentaire. Même l'huile a connu récemment une hausse des prix : à titre d'exemple, de 10 à 13 Dh pour Lesieur et de 11,50 à 14 Dh pour Huilor. A savoir que ces deux produits sont fabriqués par Lesieur-Cristal, filiale d'ONA. Si j'ai choisi ces exemples, c'est parce que ce sont les produits que j'achète chaque jour et surtout je ne suis pas en train de faire de la pub. Estimons heureux que le pain n'ait pas connu la hausse que tout le monde craignait grâce peu être au dernier accord entre les minotiers et l'Etat qui supportera le prix des céréales importés.

L'argument de la hausse des cours du pétrole et des matières premières, souvent utilisé à tort et à raison pour justifier toute augmentation des prix des produits et des services. En effet, des augmentations sont pratiqués sans que la qualité suit et surtout on prive le client du droit d'être informé au bon moment sur des changements de prix. Un bout de papier avec les nouveaux tarifs donnés au vendeur n'est pas un moyen de communication fiable. Quelqu'un va dire : "Si les prix augmentent, il faut augmenter les salaires". C'est superbe mais il ne faut pas oublier que cela irrite les patrons à tort ou à raison selon les cas. Un malin va même prétendre que la productivité des marocains ne justifient pas une augmentation, notamment dans les administrations. Avec les matchs de la CAN, notamment où il y a notre 11 national, il n'y a qu'à voir.

Vous attendez une solution ? Circulez, il n'y a rien à voir. A moins d'un miracle (Découverte d'un vrai gisement de pétrole au Maroc ou la baisse du baril), notre pauvre poche deviendra de plus en plus chétive.

7 comments:

Naim said...

Il y a quelque chose qui cloche dans le Royaume. L'ouverture du marché à la concurrence devait baisser les prix. On n'a vu que le contraire: huile, lait, thé, farine, et bien évidemment les tarifs des communications de la téléphonie mobile.
Les accords tacites entre les différents "concurrents" est à dénoncer. Comme les différentes "pressions" exercées par ceux qui détenaient le monopole, l'exemple des huiles est à ce titre très éclairant avec notamment l'affaire Savola-Afia/ONA-lesieur..

Désolé d'être long.

EL GORDE Mohamed Mouâd said...

@Naim:
Concurrence, vous avez dit ? Vous n'avez qu'à voir le monopole de Cosumar sur le sucre au point que le Groupe Chaabi a laissé tombé son projet de raffinerie de sucre à Tanger. Pour les telecoms, si vous visitez Motic, vous verrez.
Même si les prix augmentent, il faut la qualité des produits ou des services doivent suivre la tendance non l'inverse.
Estimons heureux que la dernière augmentation du pain en 2005 environ n'a pas fait de victimes comme celui de 1981, mais pour combien de temps ? C'est ce qui m'inquiète vraiment.

Anonymous said...

Ah! Le coup de la vie au Maroc!

J'ai ete choque d'apprendre que le litre de lait vaut plus cher au Maroc qu'aux USA ou le smicard gagne au moins 10 fois (1000 % - mille pour cent) plus que gagne son homologue marocain.
A propos,actuellement un gallon( 3 litres, 78) de lait aux USA vaut en moyenne 2,50 dollar$.
Une annee environ plus tot en 2006,
le PRIX DU lait valait la MOITIE
de ce qu'on paie a present.Aux USA, les autorites font actuellement des efforts pour faire baisser les prix de tous les produits alimentaires et autres pour sauver le pays de la menace de la recession . Elles viennent d'annoncer qu'elles vont envoyer dans les mois a venir des cheques d'environ 1200 dollar$ sous forme de cadeaux pour aider les menages et des sommes proportionnellement plus ou moins importantes selon les revenus de chacun et meme pour les chomeurs afin de stimuler l'economie.
Les responsables marocains ont le devoir et l'obligation morale de prendre des mesures d'urgence pour
alleger les souffrances des travailleurs mal payes dont les salaires arbitraires ne correspondent pas au cout (coup) reel de la vie .
Honte a ceux qui affament les pauvres!!

Anonymous said...
This comment has been removed by a blog administrator.
Anonymous said...

Il faut noter que non seulement les employes marocains sont des plus mal payes du monde et des plus affames,mais il y a aussi une partie 'd'entre eux (entre autres les domestiques) qui sont egalement exploites , abuse's voire meme soumis a l'esclavage avec l'abnegation de ceux qui sont cense's les proteger contre les mauvais traitements.
Allaahou min hadhaa mounakar!!!!!

http://www.hrw.org/reports/2005/morocco1205/6.htm

EL GORDE Mohamed Mouâd said...

@anonyme:
On n'est pas les seuls, (mal)heureusement. :-(

Wisebard said...

t a raison fréro!! wa shuf bab darek 3ad nshufu Palestine!!! khass nass tehbet lzanqa ddaher deed laghla 3ad ddaher ded israel...